Comptes rendus

Compte-rendu de la commémoration 2019 des 27 otages de Châteaubriant sur l'invitation du PRCF

Contexte historique de la mort des 50 otages

Le 20 octobre 1941, le responsable des troupes d'occupation en Loire-Inférieure, le lieutenant-colonel Karl Hotz, est abattu à Nantes par des résistants communistes.

En représailles, Hitler ordonne l’exécution de 100 prisonniers pour chaque Allemand tué. Le chef de l’occupation allemande, le général Von Stülpnagel, organise deux groupes: un premier groupe de 50 otages dans l'immédiat, et menace d’exécuter un second groupe de 50 otages, si les coupables ne sont pas arrêtés avant le 23 octobre.

Le 22 octobre 1941, 48 des prisonniers du premier groupe sont fusillés à Châteaubriant (carrière de la Sablière), Nantes (champ de tir du Bêle) et Paris, (fort du Mont-Valérien).Le même jour, un autre officier allemand, Hans Reimers, est abattu à Bordeaux.
Le 24 octobre 1941, un troisième groupe de 50 prisonniers sont fusillés à Martignas-sur-Jalle (Camp de Souge) en représailles de ce deuxième attentat.

L’exécution du deuxième groupe de 50 otages envisagé à Nantes est reportée de 3 jours, puis finalement suspendue le 27 octobre 1941.

Ces morts brutales et massives de prisonniers pris en otages, déclenchèrent une forte émotion en France et dans le monde.
Le président américain T.Roosevelt écrivit notamment à propos de ces exécutions : « Ce sont là les actes d’hommes désespérés qui savent au fond de leur cœur qu’ils ne peuvent pas vaincre. Le terrorisme n’apportera jamais la paix en Europe. Il ne fait que semer les graines d’une haine qui, un jour, amènera un terrible châtiment »

Le général de Gaulle déclara à la radio de Londres : « En fusillant nos martyrs, l'ennemi a cru qu'il allait faire peur à la France. La France va lui montrer qu'elle n'a pas peur de lui. »


Détails de la journée d’hommage aux 27 fusillés communistes de Châteaubriant


Cette journée en partie conviviale et en partie solennelle a permis à nos militants, de l’UPR44 et l’UPR 35, de faire connaissance avec les militants du Pôle Renaissance Communiste Français (PRCF) et des Jeunes pour la Renaissance Communiste en France (JRCF).

En préambule à la cérémonie officielle, nous avons d’abord défilé aux côtés du PRCF et du JRCF jusqu’à la carrière des fusillés.

Le cortège populaire était constitué de 3 colonnes de 9 personnes portant chacune un portrait de fusillé, en référence aux 3 groupes d’exécution.
Il était précédé d’une banderole où était inscrit « Soyons dignes d’eux », en réponse au message gravé par Guy Môquet (17 ans) sur la baraque des 27 otages avant leur exécution : « Les copains qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir ».

Le cortège a marché au son de la Marseillaise et du Chant des Partisans avant d’entrer dans la Carrière des Fusillés.



https://images-ext-2.discordapp.net/external/6BnXoTh8OEq2Xe1ldQlUltFP9qsOeihtnFCO4wXMTBA/https/pbs.twimg.com/media/EHUbi7XX4AAqvnB.jpg%3Alarge?width=959&height=540

 


Nous avons déploré la présence du drapeau de l’UE à l’entrée de la carrière et l’interdiction du drapeau communiste et du drapeau de la France libre pendant la cérémonie officielle.
Pour quelles raisons les drapeaux de la résistance française et des communistes devrait-ils être interdits au cours d’une cérémonie qui rend hommage à des otages communistes ? Lesquels furent tués pour tenter en vain de détruire la résistance française.
A l’inverse, pourquoi le drapeau d’institutions qui n’existaient pas au moment des faits se trouve t-il sur le seuil du mémorial ?

Nous avons ensuite progressé jusqu’à l’intérieur de la carrière, où nous avons passé les portraits des 27 fusillés par une haie d’honneur formée par les portes-drapeaux français. Nous nous sommes ensuite rassemblés au centre de la carrière.

Les portes-drapeaux se sont mis en rang devant le monument aux morts. La cérémonie officielle s’est ouverte sur le Chant des Partisans, joué par la fanfare municipale de Châteaubriant. Les noms des 27 otages fusillés ont été égrainés. Nous avons répondu en élevant le portrait de chaque fusillé nommé.
Un certain nombre de représentants associatifs, politiques et syndicaux ont enfin déposé des couronnes de fleurs au pied du monument.

Après la cérémonie, différents discours ont été prononcés sur une scène officielle, notamment par le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez. Des mises en scène et des représentations artistiques jouées par des enfants et des adultes ont ensuite été proposées au public.


https://cdn.discordapp.com/attachments/512599184193617931/635537699117465630/IMG_20191020_144221.jpg


 


En parallèle, plusieurs militants ont pris la parole devant notre groupe :

 

- Huguette Murat nous a instruit de détails historiques sur les 27, communistes et patriotes, fusillés en chantant la Marseillaise. Elle a déploré l’interdiction honteuse du drapeau communiste depuis la cérémonie de 1997.


- Annie Lacroix-Riz (historienne marxiste, conférencière et professeur émérite de l'université Paris VII) a attiré notre attention sur la tendance contemporaine à la réhabilitation de la frange collaborationniste du patronat, ainsi qu’à l’oubli de la réalité historique au profit d’un discours consensuel.


- Gilliatt de Staërck (responsable national JRCF) a dénoncé une UE impérialiste et la fascisation de la France, ainsi que le vote par l’UE d’une résolution (au mois de septembre dernier) qui définit le communisme comme une idéologie « totalitaire » associée au nazisme et l’interdit dans les espaces publiques. Il a appelé au rassemblement des patriotes et des progressistes contre l’UE et son bras armé l’OTAN.


- Le PRCF a invité l’UPR à prendre la parole et Sylvain Boisson de Saint-Nazaire a présenté notre parti et appelé à la résistance.


 

https://media.discordapp.net/attachments/512599184193617931/635537588215742474/IMG_20191020_151406.jpg?width=797&height=598

 

Au cours de la cérémonie officielle, notre délégation a ressenti une certaine gêne, car la cérémonie nous est plus apparue comme un exercice de relations publiques qu’un exercice de mémoire.
La volonté d’un rassemblement national consensuel, qui préside à l’interdiction des drapeaux partisans pendant la cérémonie, semble mener au ressentiment, à la division et à l’oubli.

Peut-être est-il temps de la remettre en cause et de l’abroger, pour redonner la part belle à l’hommage et la célébration populaires.

Car comme l’a très bien dit la journaliste Naomi Klein : «  Se rassembler, ce n’est pas effacer les différences, c’est affirmer ses différences et réaliser qu’elles ne sont en rien une menace pour les uns et les autres ».

Rassemblons-nous et affirmons nos différences aux côtés de nos amis du JRCF et du PRCF, et de tous les défenseurs de la liberté, de la République et de la France !

Pour finir, à l’heure de la mémoire, rappelons-nous que la vérité apparaît à ceux qui ont le courage de sortir des cavernes brumeuses de l’oubli.

Rappelons-nous que, si les résistants sont ceux qui se battent pour la victoire de la liberté et de la justice, ce sont surtout ceux qui ne trahissent pas le camp des justes pour le camp des victorieux.

https://media.discordapp.net/attachments/512599184193617931/635537475913121814/IMG_20191020_152246.jpg?width=797&height=598

Fb img 1545302108188

Rétrospective de l'année 2018

 

Ssssd

L'année 2018 se termine dans quelques jours. C'est l'occasion pour notre délégation de faire le bilan national et local de cette année.

Sommaire :

Indicateurs sur l'année 2018 :

- Au niveau national;

- Au niveau départemental;

Prochains rendez-vous :

- Au niveau national;

- Au niveau local.

Lire la suite

Dernière semaine de l'année pour l'UPR 44

La semaine 50 était la dernière semaine militante pour la délégation de la Loire-Atlantique. Voici les rendez-vous qui se sont tenus :

- Permanence mensuelle à Saint-Nazaire, le 12/12/2018;

- Collage d'affiches à Nantes-est, le 13/12/2018;

- Repas de Noel de la délégation à Nantes, le 14/12/2018;

- Participation aux manifestations à Nantes et Saint-Nazaire, le 15/12/2018;

- Collage d'affiches dans la 7ème circonscription du département, le 15/12/2018.

Lire la suite

Réunion des adhérents à Guérande

20180228 221327

28/02/2018, Guérande, 6 participants.

 


 

Ordre du jour :

1-     Chiffres

2-     Rex opération collage

3-     Projets en cours et à venir

4-     Compétences-contact

 


1-    

Du 01 février au 28 février :

Adhérents UPR national => + 581

Adhérents UPR 44 => + 18

Abonnés Youtube chaine UPR => +1512

 

2- • Descente d'infos du dernier compte-rendu départemental => 30 militants, bonne couverture départementale, les opérations de collage 44 vont être pérennisées , recherche de pilote collage par circonscriptions.

5 des 6 participants avaient pris part à l'opération.


 

3• • Organisation d'un covoiturage au départ de St Nazaire pour la conférence de CHG, création boite mail spéciale.

Impression puis affichages d'affiches A4 annonçant la conf CHG prochainement.

Tractage sur le marché de St Nazaire. Date à définir.

Distribution de tracts aux participants pour affichages sur leur lieu de travail, tractage.

 


 

Annonce de la mise en place du projet « cette France trop étroite ». Idées de sujets lors de la réunion : Ariane, ESA, congés payés, sécurité sociale, lentille de phare.

 

Annonce de la mise en place du projet « micro-trottoir ». Idée : imprimer visage commissaire européen et demander aux passants s'ils le connaissent.

 

Réunion mensuelle du 20/02/18

17 personnes présentes à cette réunion

Lire la suite

Réunion Argumentation le 14/12/2017

Jeudi 14 décembre, six militants UPR se sont réunis pour développer l'argumentation de notre délégation.

Lire la suite

Réunion à Saint-Nazaire le 27/09/2017

=== Réunion des adhérents du Littoral nord de l'UPR 44 ===

Ce mercredi 27 septembre s'est tenue, au café SCOTT, tenu par un adhérent de l'UPR44, la réunion des adhérents du littoral.

Lire la suite

L’université aura lieu le 18/11/2017 et le 4e congrès le 19/11/2017 à vallères (indre-et-loire)

Comme annoncé par François Asselineau, le Bureau national de l’UPR a décidé, pour des raisons de maîtrise des coûts et d’organisation pratique, d’organiser au cours du même week-end l’Université et le Congrès triennal de l’Union populaire républicaine. Ces deux temps forts de la vie de notre mouvement se tiendront respectivement les samedi 18 novembre pour l’Université et dimanche 19 novembre pour le Congrès.

 

Lire la suite