Revue de presse de la semaine n°02-2018

Au sommaire :

  • Budget de l'UE. Des "coupes impressionnantes" à venir après le Brexit
  • Notre-Dame-des-Landes. Les collectivités dénoncent les «données oubliées» par les médiateurs
  • Nantes métropole. Avec la permaculture, "on s'inspire de la nature"
  • ...

Budget de l'UE: des "coupes impressionnantes" à venir après le Brexit

Le Président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker, au siège de l'UE à Bruxelles le 8 janvier 2018. JOHN THYS / AFPLe budget de l'UE après le départ du Royaume-Uni nécessitera des "coupes impressionnantes" dans certains programmes, a prévenu lundi la Commission européenne, qui s'apprête par ailleurs à réclamer plus d'argent aux pays membres de l'Union pour combler les pertes attendues.

Face au Brexit, l'UE devra recueillir les 12 à 13 milliards d'euros donnés chaque année par le Royaume Uni. Pour ce faire, M. Junker ne souhaite pas faire de "coupes sanglantes" dans le budget des pays pauvres de l'Europe... Ce qui signifie que la France devra augmenter ses cotisations sans retour aucun alors qu'actuellement nous donnons plus de 20 milliards à l'UE. Nous insistons sur cette contribution qui ne trouve en retour qu'une guerre des prix et des salaires aux détriments des plus démunis d'entre nous.

La France ayant chanté tout l'été...

Nos concitoyens ne mesurent pas les effets directes de ce qui est en train de se jouer à notre insue puisque nous baignons dans un crédit à la consommation qui masque le ravin vers lequel nous nous précipitons. La finance et ses acteurs ont fait de nous de formidables consommateurs ne jurant à présent que par ce que nous possédons, même si c'est éphémère. Les analyses de l'UPR sont toujours très justes voire visionnaires. Nous abordions déjà le sujet de l'augmentation de notre contribution dans notre revue de presse n°50.

La dette publique, autrement dit, la dette que nous devons payer à travers les impôts et les taxes en tous genres, s'élève à plus de 36 000€ par habitant et cette dernière ne cesse d'augmenter alors que nous sommes le second pays le plus taxé de l'UE avec un taux d'impositions supérieur à 45%.

En clair, nous travaillons pour l'Etat du 1e janvier à début juin alors que le fond du panier est percé et que nos élus encouragent notre endettement en se pavanant dans l'hémicyle à améliorer leurs quotidiens à coup de réformes visant à rendre un peu plus immorale la vie publique.

Source :  Le Figaro (08 janvier 2018)

En complément : Budget de l'UE : les députés augmentent la contribution de la France : Le Figaro (23 octobre 2017)

Élections européennes. Le gouvernement veut augmenter le temps d’antenne de LREM

Crédit : NawakLe projet de loi, s’il est validé par le Parlement, accordera plus de temps pour les spots de campagne de la République en Marche, au détriment de certains partis de l’opposition.

Voilà un projet de loi bien habile proposé PAR et POUR LREM. Pour celles et ceux qui pensaient que notre jeune premier président devait être élu pour la fraîcheur qu'il apporterait à notre démocratie en perdition, il vont découvrir ou redécouvrir que le monde politique n'a cure de la démocratie. Si ce projet de loi n'est pas validé par le parlement, l'exécutif s'en chargera de toute façon... grace au 49-3. Les dés sont donc pipés et LREM aura bouclé la boucle en ne laissant ainsi plus la possibilité au peuple ayant voté pour LREM par défaut, de défendre ses positions via ses représentants parlementaires européens.

Le dictat de l'exécutif

Voici une définition glanée sur Wikipédia issue du dictionnaire Larousse et qui nous semble très en phase avec ce que vit la France « Selon le Trésor de la langue française, une dictature est un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu'aucune loi ou institution ne les limite mais il faut préciser que même un régime autoritaire peut avoir des lois, des institutions, voire un parlement avec des députés élus, mais pas librement et ne représentant donc pas de contre-pouvoirs ».

Un vote par défaut c'est quoi ?

D’après le sondage « Libération » - Viavoice, 41 % des voix en faveur du candidat d’En Marche ont été accordées sans réelle conviction.

D'autres sondages montrent que globalement, environ 50% des votants (donc à majorer des abstentionnistes), ont choisi LREM pour faire barrage au FN. Dans ces conditions, il est aujourd'hui flagrant que la véritable intention du gouvernement consiste à faire disparaitre la démocratie au bénéfice d'une dictature où tout ce qui ne serait pas formaté à l'idéologie Macron, serait pendu haut et court.

L'UPR44 ajoute qu'à dessein, le système électoral n'aura plus de légitimité puisqu'il est à présent perverti par la puissance médiatico-politique et que l'avis du citoyen, contribuable et travailleur attaché aux valeurs républicaines, ne doit être pris en compte qu'après avoir été façonné par les médias en période électorale. Ainsi, avec une captation minutieuse du temps d'antenne par LREM, nous serons assénés par une proagande européiste omniprésente sans avoir la possibilité de débattre puisque nous sommes déjà au coeur de la pensée unique.

Source : Capita.fr (12 janvier 2018)

Pêche : quand la Commission européenne cédait aux lobbys

Un vote doit avoir lieu le 16 janvier sur une nouvelle extension de la pêche électrique. (Reuters)INDISCRET - Selon l'association Bloom, des organisations de pêcheurs et des ONG, la Commission européenne a ignoré – voire caché – les conclusions d'un rapport défavorable à la pêche électrique, interdite en Europe depuis 1998.

Daté de novembre 2006, l'avis de son comité d'experts scientifiques mettait en garde contre "un certain nombre de problèmes qui doivent être résolus avant que toute dérogation puisse être accordée"… Pourtant, un mois plus tard, le Conseil autorisait de telles dérogations avec la bénédiction de la Commission.

L'objectivité de la commission européenne étant à géométrie variable, l'UPR44 évalue à 0 la légitimité de ladite commission à agir dans ce bel exemple d'ommission, à ne pas tenir compte de l'ensemble des paramètres impactant une telle décision.

Source : Le JDD (07 janvier 2018)

Paix. Un partenariat entre Normandie et Parlement européen

Le Parlement européen et la Normandie ont signé une convention de partenariat. | AFPHervé Morin, président UDI de la Région Normandie, et Rainer Wieland, vice-président du Parlement Européen, ont signé, ce mardi 9 janvier 2018, à Bruxelles, une convention de partenariat. Les deux institutions s’engagent à œuvrer ensemble pour la promotion de la paix, de la liberté et pour le développement de la conscience et de la citoyenneté européennes.

« La Normandie veut s’affirmer comme un territoire engagé sur les questions relatives à la résolution des conflits et au maintien de la paix. Je me réjouis que le Parlement européen, à travers cette convention, affirme sa volonté de soutenir l’initiative normande, et plus particulièrement le Forum mondial pour la Paix dont la première édition se déroulera du 6 au 9 juin 2018 à Caen et sur les plages du Débarquement », a salué Hervé Morin.

L'UPR44 comprend dans ce partenariat, que le parlement européen ne s'adresse pas à l'Etat mais à la Région Normandie. C'est une façon comme une autre d'amorçer la future granulométrie au sein des échanges européens. Quant au motif de ce partenariat, nous nous indignons de cette propagande qui dans les faits via les directives européennes, va totalement à l'encontre de la paix, de la liberté et du développement de la conscience.

Source : Ouest France (09 janvier 2018)

Allemagne : l'incertitude politique alimente le recul de l'euro

Crédits : ReutersLa monnaie unique recule cette semaine, alors qu'outre-Rhin, conservateurs et sociaux-démocrates sont toujours en train de négocier la formation d'un gouvernement. Des annonces attendues jeudi pourraient décider de la variation de l'euro.

Nous tenons à apporter une correction fondamentale à l'article paru dans La Tribune. En effet, l'euro n'est pas une monnaie unique comme tous se plaisent à dire. L'euro est une monnaie "commune", ce qui est totalement différent. L'euro est en fait une créance sur  la  Banque centrale européenne (BCE) à hauteur de 8 % de sa masse, les 92 % restants étant ventilés en créances sur les 19 banques centrales nationales.
Pour être plus précis et afin d'éclairer La Tribune et nos lecteurs, l'euro est un système de monnaies homonymes liées entre elles par un taux de change fixe de 1 pour 1.

L'incertitude politique allemande, 1ere économie de l'UE, rend l'euro extrêment fragile et s'il prenait l'envie à l'Allemagne de quitter le navire puisqu'il est en train de sombrer, cela confirmerait l'effondrement du château de carte tant redouté par l'UPR.

L'Allemagne est une nation qui a cette faculté d'anticiper et de retenir les leçons du passé. Son plan de rapatriement d'une partie de ses quelques 3 300 tonnes d'or stockées à travers le monde, présage d'une préparation à l'éventualité d'un effondrement de l'euro et donc d'un retour au Mark, laissant ainsi derrière elle, la solide union qui devait rendre l'économie des pays membre si forte. l'UPR44 sera rivée devant les analyses des mêmes économistes qui ne jurent encore aujourd'hui que part le destin inébranlable de l'UE et de l'euro.

Sans ironie puisque le sujet est d'une gravité extrême, il y a donc fort à parier que dans l'une de nos revues de presse de 2019 ou 2020 en étant optimiste, nous fassions un lien avec celle que nos lecteurs lisent en ce moment même et pour laquelle nous rappellerons une nouvelle fois la justesse et le caractère fondamentale de nos prévisions. N'est-ce pas là l'une des qualités requises afin de guider la France, pays que nous chérissons tous et pour lequel nous souffrons devant tant d'incompétence gouvernementale ? La nomination de l'UPR au sommet de l'Etat ne résoudra pas tous nos problèmes mais elle nous permettra de rester maitre de notre destin et nous assurera d'un avenir économique, social et culturel tourné vers le monde.

Source : La Tribune (09 janvier 2018)

Nantes métropole. Avec la permaculture, "on s'inspire de la nature"

Source : PO À la ferme des Biquettes au poil à Vertou, la permaculture se vit au quotidien. Rencontre avec Florence Bouckaert.

Dans sa ferme écologique, Florence Bouckaert pense et vit au cœur de la nature, aidée de bénévoles comme Mathilde ou Nadia. Ici, la permaculture, une démarche pour concevoir des lieux de vie respectant la nature et les êtres humains, c'est du concret.

C'est un travail exceptionnel que l'UPR félicite unanimement puisque celui-ci, des plus respectueux de l'environnement et des plus sains pour tous, est le signe d'une conscience et d'un amour des métiers de la terre. A l'inverse, la stimulation de l'agriculture productiviste est dopée voire forcée par les recommandations de la commission européenne qui elle, ne laisse aucune place à la qualité des terroirs. Produire toujours plus quitte à fermer les yeux sur les sujets humains et environnementaux au bénéfice unique de l'enrichissement de quelques poncifs, voilà l'une des multiples facettes de l'UE cachées derrières une politique agricole commune sois disant salvatrice pour nos agriculteurs.

Source : Presse Océan (08 janvier 2018)

A lire également : Les Français vont-ils laisser détruire l’agriculture française ?

Notre-Dame-des-Landes: Les collectivités dénoncent les «données oubliées» par les médiateurs

Des manifestants partisans de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes le 2 décembre 2017 à Nantes. — L.Venance/AFPLes six collectivités locales finançant le projet de Notre-Dame-des-Landes ont fait part de leur colère à Emmanuel Macron...

La riposte. Les collectivités locales finançant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) réclament à Emmanuel Macron la prise en compte de données « oubliées, voire éludées » dans le rapport des médiateurs sur ce dossier controversé, avant toute concertation et toute décision du gouvernement.

Dans sa revue de presse n°51, l'UPR44 soulignait le manque de transparence et de débat serein et démocratique concernant ce projet qui couve depuis des dizaines d'années, alertant les citoyens et citoyennes sur les dangers des Partenariats Public-Privé (PPP) qui, comme pour le projet Yellopark de la Beaujoire, mettent en jeu de considérables risques pour les dépenses publiques.

Source : 20Minutes (19 décembre 2017)

Grand Ouest. Hulot dans la Sarthe : «L’énergie, c’est comme les œufs »...

Nicolas Hulot, debout au sommet d'une éolienne du parc EoLoué. © Photo AFPLe ministre de la Transition écologique et solidaire a tenu ce lundi midi à Juillé une conférence de presse sur la transition énergétique, après être monté au sommet d’une éolienne du parc EoLoué.

Faisant référence aux Fermiers de Loué, à l’origine de ce premier parc éolien sarthois, Nicolas Hulot a fait cette comparaison : « Il est de l’énergie comme des œufs : il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier ».

Il est loin le temps où Nicolas nous faisait rêver dans l'émission Ushuaïa. Aujourd'hui, celui qui défendait notre belle planète bleue, parade devant la presse au sommet d'un des plus grands scandales que financent les contribuables à coup de CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité) alors que la part de l'éolien ne contribue en aucun cas à la transition énergétique.

L'UPR44 rappelle que cet écran de fumée éolien n'est qu'un instrument financier destiné à alourdir les poches déjà bien pleines des investisseurs mais certainement pas à nous assurer un avenir meilleur. D'autres technologies existantes pourraient être exploitées et soutenues par l'Etat dans le cadre de la transition énergétiques encore faudrait-il que le courage et la détermination soient inscrits dans l'ADN de nos élus.

Source : Presse Océan (08 janvier 2018)

Accouchement difficile d’une Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire

Accouchement difficile d’une Chambre d’Agriculture des Pays de la LoireLe 1er janvier 2018 est née la Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire.  Elle regroupe les chambres départementales sauf celle de la Mayenne qui n’a pas souhaité pour le moment participer à ce regroupement.

Ce lundi matin, ils sont une cinquantaine, techniciens, administratifs, formateurs, rassemblés devant le siège de la Chambre d’Agriculture de Loire-Atlantique, à la Géraudière, à Nantes.
C’est le troisième débrayage depuis décembre. La régionalisation des chambres d’agriculture passe mal. Il va falloir harmoniser les pratiques et surtout le temps de travail. Car, d’une chambre à l'autre, tout le monde n’était pas logé à la même enseigne.

La transformation à marche forcée de nos services et de nos régions n'est pas inscrite dans notre histoire ni dans notre culture de proximité. La gestion d'un traumatisme comme celui que nos fonctionnaires sont en train de subir aura de lourdes conséquences et des répercutions sur leur travail ainsi que sur la perte de leurs liens de proximité avec nos concitoyens.

Qui décide vraiment de la politique économique et sociale de la France ?

"C’est la Commission européenne. L’article 121 du TFUE soumet entièrement la France aux recommandations de la Commission européenne, sous peine de sanctions. Cet article 121 explique pourquoi nos responsables politiques de droite, du centre ou de gauche, ne sont là que pour appliquer docilement les directives venues de Bruxelles et sont donc incapables de tenir les promesses qu’ils formulent avant d’être aux responsabilités. Ils se contentent chaque année de piteusement « remettre leur copie » budgétaire aux instances européennes et d’espérer leur approbation. Il faut le répéter encore, les grandes orientations sont décidées à Bruxelles, pas à Paris." (source : UPR)

Source : France3 Régions (09 janvier 2018)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire