Revue de presse de la semaine n°03-2018

Au sommaire :

  • 79% des Français favorables à une loi contre les Fake News? Fake you !
  • Un duo d'architectes pour le futur stade de Nantes
  • Edouard Philippe sur le terrain de Notre-Dame des Landes avant de décider
  • ...

79% des Français favorables à une loi contre les Fake News? Fake you !

Emmanuel Macron. Photo © AFPCoup de gueule. Selon un sondage, 79% des Français sont favorables à une loi contre les Fake News, proposée par Emmanuel Macron. Et si le président interdisait les sondages bidons qui participent de la fabrique des opinions ?

Chaque jour qui passe laisse apparaître de nouveaux tours de prestidigitation de la part de notre Garcimore national. Encore que Garcimore était bien plus talentueux. Aujourd'hui, celui qui a multiplié les mensonges depuis tant d'année, se drappe d'un linge blanc en préparant le terrain des européennes entre autre et en mettant en garde quiconque aurait l'impudance d'exprimer ses opinions ou tout bonnement... des vérités.

L'UPR, dans un billet d'actualité paru le 11 janvier 2018 rappelle ceci :

Macron devrait d’ailleurs être le premier à se féliciter de l’extrême difficulté juridique à réprimer la diffusion de « fausses nouvelles ». Car il n’est pas inutile de souligner ici que, s’il y a bien un responsable politique qui s’est distingué, depuis plusieurs années, comme un champion de la diffusion de « fake news », c’est Macron lui-même !

Rappelons ainsi que, dès avant son élection (cf. notre dossier du 31 août 2016 en ligne) , Macron :

  • a menti à des journalistes sur sa scolarité,
  • a menti sur ses prétendus travaux de philosophe,
  • a diffusé un clip complètement mensonger pour le lancement d’En Marche,
  • a menti effrontément sur le nombre des adhérents de son nouveau parti,
  • a menti sur sa gestion de l’aéroport de Toulouse,
  • a affirmé à Paris-Match qu’il « échangeait » des idées avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb, lequel était mort depuis deux ans,
  • a reconnu avoir menti quand il disait qu’il était socialiste…
  • etc.

Il serait remarquable d'organiser un débat télévisé à une heure de grande écoute sur ce sujet qui porte une grave atteinte à nos libertés fondamentales, déjà bien entammées depuis quelques temps.

Source : Valeurs Actuelles (12 janvier 2018)

Macron : Le champion des fakes news (11 janvier 2018)

Un duo d'architectes pour le futur stade de Nantes

Source : BatiramaLa société YelloPark, porteuse du projet de nouveau stade à Nantes, a choisi le binôme formé par les cabinets d'architectes HKS et ATSP pour réaliser l'avant-projet de futur stade qui doit remplacer La Beaujoire.

Passé l’effet d’annonce, le projet du « Parc Jaune » lancé en septembre dernier par le président du F.C. Nantes Waldemar Kita, rentre dans sa phase concrète après l’officialisation du partenariat avec le promoteur immobilier REALITES c’est au tour des architectes d’être missionnés.

Dans l’absolue ce n’est pas un mais deux projets qui sont prévus avec le départ de La Jonelière évoqué pour la structure professionnelle vers un nouveau centre d’entrainement (cette semaine on cite la piste du château de la Pervenchère à Casson dont la vente aux enchères aura lieu en février prochain).

Le nouveau stade est déjà un sujet de discorde car plusieurs associations dont « A la nantaise » dénoncent le manque de débat et de concertation au préalable sur le sujet et notamment l’absence d’appel d’offres pour la cession d’un bien public et de son terrain à un acteur privé.

Un exemple que doivent redouter les supporters du F.C. Nantes est probablement celui du stade MMArena au Mans inauguré en 2011 dont le montage financier a été désastreux pour Le Football Club de Le Mans et nécessita l’intervention de la ville pour combler le déficit laissé par le club. Sa liquidation judiciaire ayant été prononcé en octobre 2013, il est depuis reparti au niveau amateur.

Aujourd’hui de nombreuses questions restent en suspens, plus particulièrement les coûts annexes sur les infrastructures publiques :

  • la démolition du stade actuel qui appartient à la ville
  • la gestion des accès vu la proximité immédiate avec le périphérique Nantais
  • le stationnement
  • l’impact sur les riverains pendant les travaux
  • etc.

Prévue terminé d’ici à l’été 2022 nul doute que nous reparlerons de ce projet dans les prochains mois…

Source : Batirama (12 janvier 2018)

Edouard Philippe sur le terrain de Notre-Dame des Landes avant de décider

Source : BatiramaTrès attendu sur la décision "difficile" censée trancher le dossier explosif de Notre-Dame-des-Landes, Edouard Philippe est allé voir la situation, dans le village proche de la Zad et à l'aéroport actuel.

Nous voilà donc à quelques jours du dénouement (en théorie) d’une histoire qui dure depuis 50 ans ! Le nouvel  aéroport de NDDL visant à remplacer celui de Nantes-Atlantique saturé depuis un demi siècle (et qui s’en sort plutôt bien) arrive à la fin de l’ultime phase de concertation du gouvernement avant de décider la validation ou l’abandon du projet.

Il faut dire qu’en matière d’aéroport notre président actuel E. Macron veut peut-être y réfléchir à deux fois depuis la vente du capital du très rentable aéroport de Toulouse Blagnac à des actionnaires étrangers poursuivis pour corruption alors que celui-ci était Ministre de l’Économie et des Finances

En cas de lancement du projet, quelle sera la réaction de N. Hulot, Ministre de la Transition Ecologique ? Lui qui semble souffler le chaud et le froid sur ce dossier.

En cas d’abandon, quelles seront les indemnités versées à Vinci ?

Pour rappel l’Union Populaire Républicaine est opposée à tout projet de type « Partenariat Public-Privé » qui se termine généralement par la collecte des dividendes par les actionnaires dans un cas et par la prise en charge par le contribuable des pertes dans l’autre cas.

 

Source : Batirama (13 janvier 2018)

Notre-Dame-des-Landes. Forces de l’ordre : les grandes manœuvres débutent

Plusieurs compagnies de CRS seraient en cours de déploiement autour des villes de Nantes et Rennes. | Archives Ouest-FrancePour faire face à la décision sur la construction ou non de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la mobilisation des forces de police a commencé autour de Nantes et Rennes.

Pour faire face à la décision sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les forces de police et de gendarmerie ont commencé leur déploiement autour de Nantes. Selon une source policière parisienne, cinq compagnies de CRS au minimum (400 hommes environ) convergent ce mardi 16 janvier vers Nantes pour « une sécurisation urbaine » de la ville.

Source : Ouest France (16 janvier 2018)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire