Revue de presse de la semaine n°52-2017

Au sommaire :

  • Saint-Nazaire : la taxe d'habitation sur les résidences secondaires augmente de 60%
  • Pour 67% des français, la liberté d’expression est menacée dans les médias et la société
  • Jean-Jacques Urvoas visé par une plainte pour "détournement de bien public"
  • ...

Saint-Nazaire : la taxe d'habitation sur les résidences secondaires augmente de 60%

Evolution de la part de la taxe d'habitation dans le revenu des ménages depuis 1995.  Insee/OFCEA Saint-Nazaire, les propriétaires de résidences secondaires ont eu une très mauvaise surprise. Leur taxe d'habitation a augmenté de 60% ! Une décision de la ville, qui manque de logements pour ses habitants à l'année.

Non-sens ou non-dit pour cette augmentation justifiée par la ville alors même qu'Emmanuel Macron avait promis de réduire la pression fiscale pesant sur les vaches à lait, contribuables au titre de la réforme qui doit entrer en vigueur par palier dès 2018 jusqu'en 2020. La suppression de la taxe d'habitation pour près de 80% (moins de 75% dans les faits) des ménages doit, selon la promesse de campagne qui n'engage que celui qui l'a faite, est censée soutenir le pouvoir d'achat. Il est à noter au passage que l'UPR s'interroge sur les quelques 22 milliards d'euros collectés annuellement par les collectivités territoriales qui disparaîtront des recettes fiscales et pour lesquels il faudra soit réduire les dépenses publiques soit développer/augmenter une énième taxe.

La vision long terme d'un chef d'Etat de la stature d'Emmanuel Macron nous sera très certainement révélée à l'occasion malheureusement d'une nouvelle séance de gymnastique fiscale dont l'Etat français est devenu une référence mondiale.

Source : France Info (26 décembre 2017)

Pour 67% des français, la liberté d’expression est menacée dans les médias et la société

© LUDOVIC MARIN / AFPQue ce soit dans les médias traditionnels ou dans la société, une majorité de citoyens s'inquiète de l'état de la liberté d'expression, selon un nouveau sondage. Un problème qui serait moins présent sur les réseaux sociaux, d'après certains.

A l'heure où la question de l'indépendance et l'intégrité des médias commence à titiller les français voire plus timidement, certains de nos politiques comme J-L. Mélenchon et son appel à la signature d'une pétition pour un conseil de déontologie des médias (ce qui ne le dérangeait pas spécialement durant les présidentielles et les législatives), il serait bon de s'interroger en premier lieu sur les raisons qui poussent les grandes fortunes françaises à se partager au bas mot pas moins de 90% des médias nationaux tous supports confondus (voir conférence de Tony Moulis), hormis le service public... Que dire également de la piètre qualité des programmes proposés aux citoyens qui nous rappellent curieusement le vieil adage antique "du pain et des jeux" afin de nous abrutir sous couvert de programmes de divertissement.

F. Asselineau l'a par ailleurs rappelé, pour ne pas dire appris à un journaliste lors d'une conférence de presse durant les présidentielles mais il existe bel et bien une charte de déontologie du journalisme et ce, depuis 1971. Cette charte signée à Munich que tout journaliste et toute rédaction devraient avoir en tête lorsqu'ils abordent un sujet, devrait permettre de redonner confiance aux citoyens vis-à-vis des médias pour peu que leurs riches propriétaires les laissent exercer leur métier avec le professionnalisme qui en est indissociable puisque certains façonnent l'opinion publique. La réalité est aujourd'hui bien éloignée du rêve d'une information la plus pure possible et dénuée de toute manipulation visant à servir des intérêts financiers et/ou politiques puisque le mélange des genres n'est plus une exception.

La libre expression n'est plus menacée comme le titre l'article de RT, elle est en voie d'extinction et malheur à celui qui exprime et étaye ses points de vue puisqu'il sera taxé par les journalistes de souverainiste ou de complotiste quand il s'agira d'élever le niveau d'informations qui nous sont délivrées parmi le déluge d'émissions destinées à nous détourner de nos vrais enjeux nationaux.

Source : RT (24 décembre 2017)

Médias : pourquoi 10 milliardaires contrôlent-ils notre information ? : Osons causer

 

Jean-Jacques Urvoas visé par une plainte pour "détournement de bien public"

L'ancien ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFPUne association anticorruption (CICERO29) a porté plainte ce mercredi contre l'ancien député PS du Finistère Jean-Jacques Urvoas pour "détournement de bien public", suite à la mise en vente de sa permanence parlementaire, acquise en 2008 à Quimper à l'aide de son indemnité représentative de frais de mandat.

L'UPR44 dénonce avec la plus grande indignation, toutes les pratiques qui visent à l'enrichissement personnel avec les deniers du contribuable. Droits dans leurs bottes, les élus de la République ayant usé de leur IRMF (Indemnité représentative de frais de mandat) à ces fins affirment qu'à partir du moment où cela n'est pas illégal, ils sont irréprochables. Moralement et d'un point de vue éthique, il n'en reste pas moins qu'aucun citoyen n'autoriserait ces dérives qui ont été méticuleusement rédigées puis votées par ceux même qui allaient en bénéficier. Il est vrai que l'on est jamais mieux servi que par soi-même.

Nous encourageons toutes les démarches citoyennes comme celles de CICERO29 puisque manifestement, elles apparaissent comme quasiment le dernier rempart entre la préservation du bien commun et les ambitions de quelques opportunistes dont les intentions et les actes sont à peine masqués.

Source : BFMTV (23 novembre 2017)

Les bonnes affaires d'anciens députés : France Info

De l’IRFM à… l’IRFM : Source Mediapart (01 décembre 2017)

Frais de mandat: Tartuffe au Sénat : Source Mediapart (08 décembre 2017)

Sondage : Votre avis sur le statut des élus

Brigitte Macron. 440 000 euros lui sont alloués chaque année

Brigitte macron, en tant que Première dame, recevra 440 000 euros par an de l'Elysée. | AFPLe porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a révélé le montant alloué par l’Élysée à Brigitte Macron. La Première dame recevra chaque année 440 000 € qui serviront à sa fonction de "représentation" à travers le monde.

Tout comme l'UPR44, chacun d'entre-nous doit être consterné par cette fonction de "représentation" attribuée par le président de la République à son épouse alors que dans la même année, les emplois des proches de nos députés autour de leur fonction parlementaire ont été mis sous les feux de la rampe afin d'y mettre fin !

Nous rappelons à lesieur Macron qu'en juillet 2017, le réseau diplomatique français comptait 182 ambassadeurs et 89 consuls et consuls généraux. La fonction de représentation est donc déjà très largement couverte qui plus est, par des fonctionnaires dont les compétences sont, nous semble t-il, bien plus en phase avec cette mission.

La légitimité démocratique (et donc au bénéfice de l'intérêt général) de Brigitte Macron n'a fait l'objet d'aucune consultation publique et la vision monarchique d'Emmanuel Macron n'a pas à être soumise au petit peuple, nous l'avons bien compris. Si nos concitoyens apprécient les frasques présidentielles, ils seront largement servis durant ce quinqénat.

Source : Ouest France (10 novembre 2017)

Pas convaincu... Un autre exemple de dépense somptuaire de la sphère Macron : Source : France Info (20 décembre 2017)

La France détient l'un des taux de chômage les plus élevés de l'UE en 2017

Source : Toute l'Europe.EUAvec près de 20 millions de personnes sans emploi, le taux de chômage dans l'Union européenne atteint 7,5% en septembre 2017, et 8,7% dans la zone euro. Un chiffre qui ne cesse de décroître depuis 2013. La France, elle, affiche un taux de chômage de 8,9%, soit l'un des taux les plus élevés de l'Union européenne.

Le contraste est bien plus prononcé chez les jeunes. La France se situe dans la moyenne haute des Etats connaissant un taux de chômage élevé chez les jeunes : près d'un jeune de moins de 25 ans sur quatre (23,7%) était sans emploi en mars 2017.

Le salaire minimun, quand il en existe un dans le pays, reste très inférieur dans la partie Est de l'UE. Une quantité considérable de travailleurs migrent vers l'Ouest de l'UE et permet ainsi grace aux règles qui régissent le fonctionnement de l'Union Européenne, d'offrir à coup sûr, un taux de chômage des plus faibles au sein des pays dont ces travailleurs sont originaires. l'exemple très concrêt de ce jeu de dupe est actuellement vécu à Saint-Nazaire sur les chantiers de l'Atlantique. La CGT recense 60 % de travailleurs détachés parmi les actuels salariés de Fincantieri : et si cela devenait la norme à Saint-Nazaire ? Pour FO, des centaines d'emplois en doublon pourraient aussi être menacés.

 

Source : Toute l'Europe.EULa vision d'ensemble d'un chef d'Etat digne de ce nom, devrait mettre en évidence que notre entrée dans l'UE n'a fait qu'affaiblir notre économie et nous en sommes aujourd'hui à n'être une puissance mondiale que parce que nous sommes doté de la dissuasion nucléaire... la belle affaire. Par ailleurs, l'Inde deviendra en 2018 la 5e puissance mondiale, devant la France. C'est bien cette réalité qu'il faut présenter aux citoyens en leur indiquant que nous n'avons pas les moyens de peser devant la commission européenne face aux enjeux internationaux. Manifestement, les médias qui façonnent l'opinion publique, semblent préférer remanier et même romancer les raisons du naufrage français à travers le récit  de P. ARDITI dans "Fric, krach et gueule de bois" ou pire encore, en organisant des interviews en présence d'économistes euro-convaincus uniquement.

Par la sortie de l'UE, de l'Euro et de l'OTAN, l'UPR appliquera dès sa nomination à la présidence de la République et en toute sérénité, le plan d'action révélé depuis 2007 par F. ASSELINEAU et pour lequel les événements lui ont donné raison depuis maintenant 10 ans.

Le taux de chômage en Europe - Source : Toute l'Europe.EU (16 novembre 2017)

Le taux de chômage des jeunes - Source : Toute l'Europe.EU (04 mai 2017)

Airbus, nouvelle proie des autorités américaines

© REUTERS/ Benoit TessierAirbus, dernier industriel européen en date dans le collimateur de la justice américaine! Malgré la condamnation et démantèlement d’Alstom au profit de son concurrent américain, les autorités françaises et européennes ne semblent pas réagir face à la menace du droit US sur leurs intérêts et leur souveraineté. Retour sur une inertie coupable.

Après Alcatel, Alstom et Technip pour ne parler que d'industrie, c'est à présent au tour de l'avionneur européen Airbus de se retrouver dans le collimateur de la justice américaine. Le groupe révélait discrètement fin octobre, à l'occasion de la publication de ses résultats pour les neuf premiers mois de l'année, que les autorités américaines venaient d'ouvrir une enquête suite à la découverte par la compagnie elle-même de «certaines inexactitudes dans les déclarations faites au Département d'Etat américain» en matière d'exportation d'armes (ITAR : Traffic in Arms Regulations).

Les sites Airbus de Nantes et Saint-Nazaire ne comptent pas moins de 5 500 employés. Nantes est un site stratégique pour l'entreprise puisqu'il est le berceau du caisson centrale de voilure et l'on aime à dire que tous les Airbus naissent à Nantes.

L'industrie aéronautique eurpéenne comprenant un nombre conséquent de sous-traitant est donc dans la ligne de mire des américains et leur plan est identique à celui déployé dernièrement pour Alstom.

Nos chers élus n'ont que peu de temps à consacrer à défendre notre gagne-pain puisqu'ils sont entre autre bien trop occupés à redéfinir les contours de leurs indemnités. Une nouvelle fois, le démembrement se poursuit sans que cela n'inquiète qui que ce soit et l'on pourrait y voir une certaine complaisance de nos gouvernants. L'UPR44 n'y voit qu'une incompétence dans la gestion des affaires stratégiques. Les joues roses et les regards candides de tout un système politico-médiatique n'a pas fini de nous plonger dans la consternation. Dans une entreprise compétitive, aucun dirigeant n'engagerait nos élus tellement leur vision géo-économique manque de discernement.

Source :  Sputnik (12 décembre 2017)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire